L’entretien des 350.000 km (tout juste rôdé !)

par | 12 Juil 21 | Mécanique

Nous entendons souvent dire que Fiat, c’est fragile… nous pouvons attester que ce n’est pas le cas de cette génération de moteurs Iveco ! Le moteur flirte avec les 350.000 kms à ce jour de juillet 2021. Nous avons acheté le camping-car en juin 2010, il avait alors 16.500 kms ! Un jour qui parait bien lointain, imaginez : le camping-car a fait, en 10 ans, grosso modo l’équivalent de 8 fois le tour de la Terre ! C’est énorme !

Il faut dire que nous ne ménageons pas notre peine (et le budget…) pour l’entretenir. Si nous faisons la majorité des petits travaux (freins, vidanges, remplacement de pièces externes…) par nous-même, il y a des manipulations qu’il ne nous est pas possible de faire, principalement par défaut d’équipement.

C’est donc ce à quoi nous avons passé notre journée, avec notre mécano préféré ! Il a fait le gros du boulot et nous avons joué les assistants, cette fois 😉

Changement de l’embrayage et de la butée

En effet, s’il ne donnait pas de signes de fatigue, le démarreur qui a donné des signes de faiblesse tout l’hiver l’a fait “cirer” à plusieurs reprises (l’embrayage “cire” quand vous entendez le régime moteur augmenter, mais que vous ne prenez pas de vitesse), ce qui a pu l’user prématurément, et a pu “glacer” le volant moteur (le métal se transforme en miroir sous l’effet du frottement du métal contre le métal, ce qui rend l’ensemble moins efficace). Il totalise environ 40.000 kms. Par précaution, avant de retourner dans les pays nordiques où la main d’oeuvre est très chère, nous avons décidé de le changer. C’est un gros travail, car il faut vidanger la boite de vitesse et la déposer, ce qui requiert des outils spécifiques. Ce sera aussi l’occasion de changer le joint spi au niveau de la jonction boite-cardan, lequel, malgré que la boîte avait été reconditionnée à neuf, était défectueux et fuyait. La manipulation nécessitant de vidanger la boîte, c’est aussi l’occasion de remettre une huile plus fluide et de rajouter du mécacyl, un hyper-lubrifiant qui permet d’éviter une usure trop importante des pièces en mouvement.

Au démontage, il s’est donc bel et bien avéré que le volant moteur avait glacé. Il a donc été “poncé” avec du gros papier de verre, afin de le déglacer. Surprise également : l’embrayage usé, qui a été changé en 2019 en Espagne, n’est pas de la marque attendue ! Nous avons trouvé un embrayage Valeo, alors qu’il avait livré dans une boite Luk. Un fait d’autant plus étrange qu’il n’y avait pas la butée à l’époque. La butée avait été changée en 2019 lors du deuxième changement de boite, mais celle que nous avions commandé chez Norauto était en plastique… cette fois, tout l’ensemble a été remplacé, par un embrayage Valeo et une butée en métal de la même marque. Avant de remonter la boite, on change le joint spi qui fuit depuis le départ. Un exercice simple quand la boite est déposé, pour une pièce à 7€ : cela ne vaut pas le coup de s’en priver !

Il faut ensuite remettre la boite en place, un exercice un peu délicat car c’est 80 kilos à manipuler à bout de bras, et à placer correctement pour pouvoir remettre tous ses supports. Il faut ensuite faire preuve de patience le temps de remplir la boite avec son huile dédiée (indice 75w80), laquelle est peu fluide et met du temps à couler. Enfin, c’est au tour du mécacyl de rejoindre l’huile.

Changement des têtes d’amortisseur

Cette pièce, qui se situe tout en haut de l’amortisseur et en quelque sorte le tient dans la caisse du véhicule, possède un roulement. Lorsque ce roulement se grippe, le véhicule “tire”, à droite ou à gauche, en fonction du sens dans lequel vous avez tourné précédemment. Parfois, on entend des craquements lorsque l’on tourne le volant. Le camping-car ne roulait plus droit : les têtes d’amortisseurs sont probablement HS.

Au démontage, il s’est donc avéré que les roulement n’étaient pas seulement grippés, mais carrément soudés par la rouille ! Le résultat, très probablement, de l’humidité perpétuelle de l’hiver arctique : il n’y a pas de soleil, l’humidité gèle et parfois dégèle, mais cela ne sèche jamais. Bilan, tout rouille ! Changer les tête d’amortisseur, sur un Fiat Ducato de cette génération, nécessite de sortir la “demie-jambe”, toute la partie haute de la “jambe d’amortisseur”. Elle possède une “jonction” à mi-hauteur, ce qui en principe permet d’éviter d’avoir à désolidariser le cardan et les rotules (autant de manipulations susceptibles de les endommager, même si cette fois, nous avons changé les rotules et donc tout démonté). Décomprimer le ressort d’amortisseur est un exercice dangereux : la pression est énorme, et utiliser un outil inadapté ou faire une mauvaise manipulation peut vous arracher une main, ou pire, vous tuer. Il faut donc des outils spécifiques dignes de ce nom, comme ce compresseur de ressort -cage.

Il faut ensuite tout remonter, un exercice qui nécessite de la précision car l’ensemble reste assez lourd et il faut le placer correctement pour pouvoir le refixer. C’est toujours plus facile à plusieurs !

Changement des rotules inférieures.

Là encore, pièce d’usure importante, qui se trouve, elle, à l’opposé de la tête d’amortisseur, et claque et craque sur les bosses et dos d’ânes lorsqu’elle sont usées. Ce sont des pièces qui s’usent très vite sur le camping-car du fait de notre utilisation, et comme ce n’est pas possible de les changer facilement, nous avons décidé d’anticiper et de les changer, puisqu’il fallait tout démonter autour pour changer les tête d’amortisseurs, le soufflet de cardan et l’embrayage. D’autant que ce sont des pièces qui ne coutent pas cher, environ 15€/rotule !

Changement du soufflet de cardan

Ce soufflet de cardan (la pièce en caoutchouc, en forme de soufflet, qui se situe juste derrière la roue) fuyait depuis un petit moment déjà (c’était d’ailleurs le seul défaut lors du contrôle technique en 2020 !), et comme le cardan (d’origine !) ne donne pas de signe de faiblesse, nous avons décidé de garder la pièce, bien plus solide que celle de refabrication, et de changer le soufflet par un soufflet générique. Sans compter qu’un soufflet coûte environ 20€, là où un cardan coûte près de 200€ !

10h de travail plus tard, c’est remonté ! Tout fonctionne parfaitement, nous voilà parés !

Notre dernier Vlog

Articles par catégories

Vous aimez nos photos ?
Vous regardez nos VLOGS ?
Nos articles vous sont utiles ?

Vous êtes libre de donner, ou pas, ce que vous voulez, quand vous voulez. Les sommes récoltées serviront exclusivement à investir dans du matériel photo/vidéo.

Nous Contacter

Vous aimez nos photos et nos vidéos, et vous avez envie de nous le faire savoir ?
Vous souhaitez utiliser des images, des photos, des vidéos, des textes présents sur le site ?
Vous avez des questions sans réponses, sur l’une de nos expériences, et vous pensez que nous pourrions vous aider ?
Vous avez juste envie de faire connaissance, boire un verre, partager un feu de camp, discuter ?

N’hésitez pas à nous envoyer un message !

5 + 4 =

Ce site web utilise des cookies à des fins statistiques. Aucune donnée personnelle n'est collectée.
En continuant à naviguer sur le site, vous reconnaissez accepter de facto la collecte de ces données anonymisées.
Ok.