Aurores Boréales : Matériel Photo & Paramètres

par | 16 Mar 21 | Les Photos des Katradouz

Bien sûr, dès lors que l’on parle d’aurores boréales ou d’aller voir des aurores boréales, tout le monde attend que l’on en ramène des images et généralement, nous souhaitons tous immortaliser ce phénomène que l’on a pas l’occasion de voir tous les jours. Mais la question reste : comment fait-on pour prendre des aurores en photo ou en vidéo ?

Photographier les aurores boréales

Une aurore boréale est un phénomène lumineux, qu’il est donc parfaitement possible d’immortaliser sur pellicule – ou peut-être devrais-je dire, sur capteur. 

Néanmoins, il n’est pas possible de le faire avec n’importe quel matériel. En effet, photographier une aurore requiert de pouvoir régler deux paramètres : les ISO, et le rapport temps de pose / ouverture du diaphragme. Vous ne savez pas de quoi je parle ? Voici quelques informations sur ces notions.

Les ISO : ce que l’on appelle ISO est en fait la sensibilité des pellicules papier et des capteur numériques à la lumière. Le terme ISO provient de l’organisme qui définit les critères, l’International Organization for Standardization. De nos jours, la sensibilité à la lumière des capteurs numériques va de 50 à + de 100.000 iso. Pour faire simple, plus le chiffre est bas, par exemple, 100 ou 200 iso, plus il faudra que le capteur reçoive de la lumière pour exposer correctement l’image. A l’inverse, si on “monte” les iso, alors le capteur a besoin de moins de lumière. Les ISO sont donc intrinsèquement liés à la vitesse d’obturation.

La vitesse d’obturation (le temps de pose) : plus la vitesse d’obturation est rapide, plus l’image est figée. S’il y a des éléments en mouvement dans l’image, par exemple, des gens, des véhicules, de la végétation, de l’eau, une vitesse d’obturation faible va générer un flou de mouvement, là où une vitesse d’obturation rapide va figer le mouvement, et les éléments mobiles vont donc être nets. Sur les boitiers reflex, la vitesse d’obturation est exprimée en fraction de seconde : 1/8000e (les vitesse les plus rapides, pour figer), jusqu’à 30 secondes ou plus, pour faire rentrer plus de lumière ou créer des “filés”, sur l’eau ou les roues de voitures par exemple.  Ce paramètre conditionne aussi la quantité de lumière qui vient “frapper” le capteur : à 1/8000e, la vitesse d’obturation laisse passer très peu de lumière, mais sur une pose dite “longue”, de 5, 10, 15 ou 30 secondes, il y a beaucoup de lumière qui rentre. 

L’ouverture du diaphragme : ce paramêtre conditionne deux éléments sur l’image. La profondeur de champ (la zone nette, en profondeur, sur l’image, en fonction de l’endroit où l’on a fait la mise au point) et la quantité de lumière qui entre. Plus le chiffre est petit, par exemple, une ouverture de f/1.8, plus le diaphragme est ouvert et plus il y a de lumière qui vient “frapper” le capteur. A l’inverse, plus le chiffre esr grand, par exemple, f/16, plus le diaphragme est fermé, et moins il y a de lumière qui vient “frapper” le capteur.  

Concrètement, en dehors d’un appareil reflex ou éventuellement d’un hybride, vous ne pourrez pas photographier clairement des aurores. 

Vous êtes toujours là ? On continue.

Le matériel

Parlons concret. Voici à mon avis le minimum à avoir pour pouvoir faire des photos d’aurores qui tiennent la route.

  • Un boitier reflex. N’importe quel boitier, même d’entrée de gamme, offrira les réglages nécessaires à la réalisation de photos en mode manuel. Personnellement j’utilise toujours mon ancien Nikon D700 de 14 ans d’âge, acheté d’occasion il y a plusieurs années.
  • Un objectif ultra grand angle. Il en existe de différentes sortes, mais je vous conseille fortement un focale fixe (non réglable en longueur), de 12 ou 14mm. Les modèles de chez Samyang, par exemple, son d’excellente qualité et très abordables. Les aurores sont généralement des phénomènes assez “volumineux” dans le ciel. Avec un 14mm, j’ai souvent eu du mal à tout rentrer dans le cadre ! Si vous n’avez qu’un objectif plus long (18mm, 50mm), c’est possible de les utiliser, mais vous n’aurez que des “détails” de l’aurore.
  • Un trépied. Vous allez comprendre, lorsque je vais vous expliquer comment régler votre matériel, qu’il n’est pas possible de déclencher à main levée : les temps de pose oscillent en général entre 5 secondes et 15/25 secondes. Je vous conseille de regarder du côté des trépieds avec rotule intégrée, par exemple comme le BeFree de Manfrotto. C’est très pratique pour réaliser des images bien droites.
  • Un intervallomètre. Utile uniquement si vous souhaitez réaliser des timelapses et que vous boitier ne dispose pas d’un intervallomètre intégré. J’en avais acheté un pour mon Nikon D90, mais le D700 dispose d’un intervallomètre intégré.

Quel matériel avons-nous utilisé ?

Toutes les photos d’aurores présentes sur le site ont été réalisées avec le même matériel :

  • Un Nikon D700, acheté d’occasion en 2016 ;
  • Une optique Samyang 14mm, non motorisée, simple d’utilisation et légère ;
  • Un trépied Manfrotto BeFree avec rotule intégrée. 

Paramétrer un reflex

Première chose à voir : la nuit est-elle lumineuse ? Y’a-t-il des lumières (lampadaires, ville etc.) ? Y’a-t-il la lune ? Si la nuit est claire, par exemple car vous avez la pleine lune, ou une lune particulièrement lumineuse, il faudra un temps de pose plus court qu’à la nouvelle lune, ou si des nuages cachent la lune.

Pour une nuit sombre, bien noire, sans lune :

  • Iso 2500 à 3200
  • Vitesse 10 à 25 secondes
  • Ouverture f/2,8
  • Mise au point sur l’infini

Pour une nuit lumineuse, en pleine lune :

  • Iso 1250 à 1600
  • Vitesse 5 à 8 secondes
  • Ouverture f/2,8
  • Mise au point sur l’infini.

Seconde chose à prendre en considération : si l’aurore est lumineuse ou active. Si l’aurore est très active (rideaux mouvants, traits changeants), il peut être intéressant de monter les iso pour pouvoir baisser la vitesse, au risque d’avoir un peu de bruit sur les images, mais sans surexposer l’image.  Si l’aurore est peu active, il est possible de baisser les iso, et de rajouter du temps de pose, afin que la scène soit plus lumineuse.

Troisième chose : l’environnement. Si vous souhaitez prendre une aurore au dessus de l’eau, de montagnes enneigées, d’une marina, d’une ville… les réglages ne sont pas les mêmes. Au dessus de l’eau, un temps de pose plus long permet de “lisser” l’eau, et de faire se refléter l’aurore dans le miroir créé. Avec un environnement brillamment éclairé, par contre, un temps de pose trop long va créer des zones “brûlées” sur les images.

Quatrième point : les possibilités de post-traitement. Il est rare qu’une photo “brute de capteur” (sans aucun traitement via un logiciel adapté) soit suffisamment contrastée et lisible. En général, le premier plan sera trop sombre et elle manquera de relief. Pour post-traiter une image, mieux vaut sous-exposer : les zones sombres peuvent toujours être éclairées, alors que les zones “brûlées” sont irrécupérables. Personnellement, je traite mes photos dans Adobe Lightroom (payant), aussi bien sur mon mobile que sur un ordinateur portable, et il est aussi possible de les traiter via Snapseed (gratuit) sur mobile. Je vous montre dans cet article comment traiter une photo d’aurore sur ordinateur portable et sur mobile dans Lightroom, sans aller trop loin et sans bruiter, mais en lui donnant plus de relief.

Exemples concrets

Notre première aurore boréale, 12 septembre 2020, 23:00. Assez lumineuse et active avec des rideaux, pollution lumineuse assez importante j’ai cherché à régler avec un temps de pose plus faible.

Réglages de l’appareil (Nikon D700, Samyang 14 mm sur trépied)

  • iso 2000
  • f/2.8
  • 10 secondes de pose

Notre aurore boréale la plus spectaculaire, 27 septembre 2020, 21:30. Très lumineuse, très active er imprévisible. J’ai cherché à régler avec un temps de pose le plus faible possible pour figer le mouvement.

Réglages de l’appareil (Nikon D700, Samyang 14 mm sur trépied)

  • iso 3200
  • f/2.8
  • 2 secondes de pose

Au Cap Nord par pleine lune, 8 octobre 2020, 22:40. Aurore faible, voile nuageux, pleine lune avec importante pollution lumineuse. Le réglage nécessite un temps de pose suffisant pour que l’aurore soit visible, mais assez court pour éviter la surexposition due à la lune et aux éclairages du globe. 

Réglages de l’appareil (Nikon D700, Samyang 14 mm sur trépied)

  • iso 2500
  • f/2.8
  • 4 secondes de pose

Aurore boréale sur les hauts plateaux du Finnmark, 18 octobre 2020, 21:40. Nouvelle lune, aucune pollution lumineuse, nuit noire, sol enneigé. L’aurore dansait très lentement devant la voie lactée, j’ai donc voulu fixer un maximum d’étoiles avec l’aurore, sans obtenir de filé d’étoiles avec un trop long temps de pose. J’ai aussi cherché à fixer la couleur rouge, invisible à l’oeil nu. Un temps de pose long rendu possible car l’aurore était peu active et la nuit noire.

Réglages de l’appareil (Nikon D700, Samyang 14 mm sur trépied)

  • iso 3200
  • f/2.8
  • 25 secondes de pose

Phare de Kjolnes, 21 octobre 2020, 21:00. Aurore assez active, pollution lumineuse extrème avec les éclairage du phare et de la ville de Berlevag toute proche. J’ai ici cherché à obtenir le flou sur les vagues, sans surexposer l’aurore et le phare. (NB. le premier plan a été désaturé au traitement)

Réglages de l’appareil (Nikon D700, Samyang 14 mm sur trépied)

  • iso 2500
  • f/2.8
  • 15 secondes de pose

L’aurore au dessus du port de Maurnes, 11 janvier 2021, 21:40. Aurore très lumineuse et active, plein sud au dessus de la marina brillamment éclairée. Objectif, figer l’eau et l’aurore sans surexposer les bateaux, il faut donc baisser les iso pour augmenter le temps de pose.

Réglages de l’appareil (Nikon D700, Samyang 14 mm sur trépied)

  • iso 1250
  • f/2.8
  • 8 secondes de pose

Pour retrouver toutes nos photos d’aurores et d’autres informations, rendez-vous sur
notre page spéciale aurores boréales !

Réaliser un timelapse

Si vous souhaitez ramener des “images qui bougent” des aurores boréales, il faut bien garder à l’esprit qu’à moins d’avoir du très bon matériel, il n’est quasiment pas possible de les filmer. La solution la plus simple reste de réaliser des timelapses.

L’avantage de réaliser des timelapses, c’est aussi qu’ensuite vous aurez autant de photos d’aurores parmi lesquelles choisir !

Qu’est-ce c’est qu’un timelapse ?

Un timelapse est une “video” créée à partir d’une série de photos réalisées à partir d’un point fixe et à intervalles réguliers. Ce n’est pas une technique à réserver aux aurores boréales : elle est parfaite aussi sur les mouvements de nuages, les orages, le soleil de minuit, les mouvements de marées…

    Néanmoins, c’est la solution abordable pour obtenir des images capables de retranscrire le mouvement des aurores. La seule difficulté peut venir de la luminosité et des limitations/capacités de votre boitier photo.

    Comment réaliser un timelapse ?

    • Posez l’appareil sur un trépied, bien fixé. Observez l’aurore, et regardez dans quelle direction elle semble aller, puis cadrez pour avoir un maximum du ciel.
    • Cherchez l’intervallomètre dans le menu de votre reflex (s’il n’en dispose pas, vous pouvez brancher un intervallomètre externe, cela ne coûte pas plus de 20€ sur internet), et réglez-le en fonction de votre temps de pose et des iso.
    • En général, on pousse les iso au plus fort, pour baisser la vitesse : réaliser un timelapse avec des poses longues est vite compliqué à gérer pour les boitiers. Personnellement, j’ai faist tous mes timelapse sur des nuits lumineuses, avec des temps de pose de 2 à 3 secondes, à 4000 iso, avec une image toutes les 6 secondes, pour être sure que le boitier arriverait à gérer la prise de vue et l’écriture sur la carte mémoire.
    • Sachant que lorsque vous allez monter votre timelapse (associer les images pour en faire une video), vous allez exploiter environ 24 images par seconde, calculez le nombre de photos à réaliser pour obtenir la longueur désirée : pour 10 secondes de video, il vous faudra 240 images.
    • Faites la mise au point sur l’infini.
    • Déclenchez… et patientez.

    Nous vous souhaitons bonne chasse, et n’hésitez pas à nous écrire via le formulaire ci-dessous si vous avez des questions ou des remarques !

    Articles par catégories

    Vous aimez nos photos ?
    Vous regardez nos VLOGS ?
    Nos articles vous sont utiles ?

    Vous êtes libre de donner, ou pas, ce que vous voulez, quand vous voulez. Les sommes récoltées serviront exclusivement à investir dans du matériel photo/vidéo.

    Nous Contacter

    Vous aimez nos photos et nos vidéos, et vous avez envie de nous le faire savoir ?
    Vous souhaitez utiliser des images, des photos, des vidéos, des textes présents sur le site ?
    Vous avez des questions sans réponses, sur l’une de nos expériences, et vous pensez que nous pourrions vous aider ?
    Vous avez juste envie de faire connaissance, boire un verre, partager un feu de camp, discuter ?

    N’hésitez pas à nous envoyer un message !

    9 + 9 =

    Ce site web utilise des cookies à des fins statistiques. Aucune donnée personnelle n'est collectée.
    En continuant à naviguer sur le site, vous reconnaissez accepter de facto la collecte de ces données anonymisées.
    Ok.