L'important n'est pas la destination mais le voyage.

Depuis plusieurs années, nous parlions de passer un été à visiter la Finlande, la Suède et la Norvège. Non pas que nous n’aimerions pas voir ces paysages dans la froide rigueur hivernale et profiter des aurores boréales, mais nous craignons qu’il soit complexe de maintenir le camping-car en autonomie – froid, lumière tres faible voire inexistante – et qu’il soit difficile de bivouaquer. Du coup, nous nous sommes dit que le soleil de minuit c’était chouette aussi ! Et puis le printemps 2017, exceptionnellement froid, nous a aussi offert des paysages hivernaux … nous avons pu marcher et randonner sur des lacs et sur la mer gelés et voir tomber la neige a gros flocons !

Le soleil de minuit sur l’île de Magerøya, à quelques kms du Cap-Nord.

#Photos Suède #Photos Finlande #Photos Norvège #Photos Danemark
La Google Map avec tous nos bivouacs et spots photo.

DSC_9243web     _DSC8085web     DSC_9130web

Pour nous qui sommes avant tout amateurs de nature preservée, ces pays sont un véritable eldorado. Le droit d’accès à la nature, les nombreuses reserves et parcs naturels nous ont permis de profiter de bivouacs solitaires et magiques et de randonnées sublimes. Nous avons traversé la Finlande presque uniquement en faisant des sauts de puces entre les parcs nationaux, les « hiking areas » et les « nature reserve ».

Vous pouvez d’ailleurs trouver de nombreuses informations sur le site des Parcs Nationaux Finlandais : brochures et plans des parcs, localisation des parkings et brochures « self-guided tour ». Le tout en anglais, cependant. Il existe également un site en anglais pour les parcs nationaux Suedois. Les parcs nationaux proposent un tres grand reseau de randonnées de diverses difficultés, le plus souvent tres bien balisées et avec des refuges/zones de picnic/toilettes disseminés.

_DSC8044web     P1020261web    P1020267web

A propos du Cap Nord (Nordkapp)
Nous avons longtemps tergiversé : y aller, ou pas ? Nous ne sommes pas des adeptes des attractions touristiques. Encore moins quand les droits d’accès sont à un tarif prohibitif. D’autant que le Cap Nord « touristique » n’est pas le point le plus au nord de l’Europe continentale.

En effet, le point le plus au nord de l’Europe Continentale se situe en réalité sur la péninsule de Mehan, et le phare de Sletness est le point le plus au nord accessible avec un véhicule. Le Cap Nord, lui, est situé sur l’ile de Magerøya, qui est reliée au continent par un long tunnel. Et sur cette ile, le point le plus au nord est la pointe du Knivskjellodden, accessible à pieds sous réserve de faire la randonnée de 18kms AR à travers la Toundra.

DSC_9660web DSC_9656web DSC_9648web

Alors, aller au Nordkapp ou pas ? Dans tous les cas,  il vaut mieux éviter de viser le soleil de minuit : vous pourrez le voir de plein d’endroits en Norvège, sauf qu’ici vous devrez le partager avec 500 ou 600 touristes. Ce sont près de 15 bus que nous avons vu passer vers 23h, et sur le site, une bonne centaine de camping-car sont parqués. Faites le calcul …. Le lieu est très balisé, tout est entouré de barrières.  Difficile de rendre une impression de bout de monde. C’est chouette, mais ca ne vaut pas le prix demandé pour l’accès. Si vous voulez y aller, on vous conseille de faire comme nous : entre 2 et 5h du matin. A 4h il n’y avait personne.

_DSC8987web

A propos des moustiques …
On nous avait dit, laissez tomber la Finlande, allez en Norvège, en Finlande y’a que des lacs et des moustiques. A part le fait que nous avons adoré les 7 semaines que nous avons passé en Finlande, un vrai paradis de la randonnée et du bivouac sauvage, il n’y a pas qu’en Finlande qu’il y a des moustiques. Nous avons été épargnés en Finlande et dans le nord de la Norvège, à cause, probablement, des températures très basses notamment la « nuit » jusqu’au 14 juillet. Par contre, dès que les températures se sont réchauffées, c’est devenu infernal, aussi bien en Norvège qu’en Suède. Des moustiques ultra-agressifs, soit énormes, soit minuscules, qui vous attaquent par dizaines dès que vous avez le malheur de sortir et piquent non seulement la peau nue mais aussi a travers les vêtements, s’ils ne sont pas assez amples. Nous avons passé des nuits entières à nous battre avec ceux qui parvenaient à se faufiler, on ne se sait comment, a l’intérieur du véhicule.
Si vous prévoyez de passer juillet/août dans les pays Nordiques, et encore plus au nord ou a proximité d’eau (qui est omniprésente …), voici quelques idées à réfléchir:
– Équipez votre véhicule de moustiquaires fines sur tous les ouvrants qui n’en possèdent pas, vitres de cabine, lanterneaux, fenêtres, portes. Vérifiez que vos aérations (frigo etc.) sont bien équipés également. Imbibez-les de répulsif. Vous pouvez aussi prévoir une moustiquaire à suspendre, pour utiliser dehors ou au dessus de votre lit.
– Prévoyez des vêtements amples et couvrants, le seul moyen de les empêcher de vous piquer. Une veste en molleton ample, avec une capuche et des poignets longs, permet aussi de se protéger. Vous pouvez aussi bricoler un « chapeau-moustiquaire » a partir d’un bob ou d’une casquette, ce que je regrette amèrement de ne pas avoir fait avant, car cela m’aurait évité de me retrouver avec le visage déformé à plusieurs reprises …
– Achetez sur place des répulsifs et des spirales a brûler si vous manger dehors. Il est possible que les répulsifs vendus en France soient inefficaces. Retenez que cela ne fonctionnera que si vous en passez partout sur la peau et les vêtements : là où vous n’en n’avez pas mis, vous serez piqués … Ce n’est pas très sain, ceci dit : c’est un choix à faire.
– Si vous tendez à faire des réaction allergiques (gonflements, démangeaisons extrêmes) : prévoyez avant de partir des crèmes apaisantes et des anti-histaminiques en quantité suffisante. Des blocs de froid à mettre au freezer/congélateur permettent aussi de limiter le gonflement et de réduire les démangeaisons. Appliquer du gel d’aloe vera aide aussi a réduire les démangeaisons et à les résorber plus vite.

Trucs & astuces [(S)=Suède ; (F)=Finlande ; (N)=Norvège]
– Bivouaquer : (S) (F) En Suède comme en Finlande, aucun problème. Nous n’y avons pas vu d’interdictions, même dans les villes que nous avons traversé (j’imagine que dans les capitales, c’est plus compliqué!). Nous avons trouvé de magnifiques lieux de bivouac, au calme dans de sublimes paysages, le stationnement nocturne étant permis partout ou presque, en vertu du droit d’accès à la nature. (N) En Norvège, cela peut potentiellement se corser. Le pays étant tres touristique, vous verrez fleurir quelques interdictions dans le nord (nord de Narvik), mais somme toute assez rares excepté vraiment sur les parkings des plages les plus fréquentées et sur les Lofoten principalement. Dans le sud, cela se complexifie considérablement. En effet, dans la moitié ouest qui est vraiment très touristique, vous verrez fleurir de très nombreuses interdiction avec des panneaux vous faisant la liste des (très nombreux) campings, en particulier a proximité des grands sites (glaciers, fjords). Il y a toujours possibilité de trouver un bivouac mais le spot ne sera pas toujours le plus beau et le plus calme. Un camping en Norvège c’est en moyenne 25/40€ par nuit, une aire camping-car sera autour de 12/20€ par nuit. Nous avons souvent du dormir au bord des grands axes, très fréquentés et très bruyants, faute de mieux.
– Communiquer : (S) Tous les Suédois ou presque parlent anglais couramment sans accent – ils sont même surpris qu’on puisse supposer qu’ils ne le parlent pas ! (F) Les Finlandais de moins de 40 ans parlent presque tous anglais tout à fait correctement. C’est assez amusant d’entendre les mélange de finnois et d’anglais qu’ils font parfois. Ils parlent également Suédois.  Pour les plus de 40 ans, c’est assez disparates et les plus âgés ne le parlent pas du tout. (N) En Norvège, nous n’avons rencontré que des gens qui parlent anglais, même mal, on arrivait sans problème a se faire comprendre.
– Trouver de l’eau : (S) Nous avons trouvé des robinets a différents endroits, parfois sur les lacs de pèche ou sur les ports, dans les toilettes des grands axes (sinon, ce sont des toilettes sèches) ainsi que sur le parking du Parc National de Store Mosse ; nous avons aussi pris de l’eau dans des lacs (nous ne la consommons pas, mais je pense qu’elle aurait pu l’être!).  (F) Nous avons utilisé presque exclusivement les stations services ABC dans lesquelles il y a des « cabines » avec de l’eau et de l’air pour nettoyer les pare-brises et les phares. Les robinets sont presque toujours utilisables avec un tuyau. Dans certaines stations ABC (à Kokkola et Vaasa par exemple) il y a un espace dédié (et des parkings dédiés aussi) où l’on peut vidanger des toilettes chimiques et où l’on trouve de l’eau avec un pistolet. (N) compte tenu de la forte présence de camping-cars, il y a des aires un peu partout. Néanmoins, vérifiez le prix : certaines sont très chères, mais certaines sont gratuites. Nous avons continué à utiliser l’eau des rivières : elle est très pure.
– Vidanger des toilettes chimiques : nous ne rencontrons pas ce problème car nous avons des toilettes sèches (Pensez-y … c’est plus pratique et plus écologique !). Celles-ci sont donc très facilement vidables dans les toilettes sèches présentes sur presque tous les parkings. Pour des toilettes chimiques, nous n’avons vu aucun autre espace que ceux de Kokola et Vaasa en Finlande. Il faut probablement aller das des campings, n’étant pas concernés, nous n’avons pas cherché ! En Norvège, la vidange des toilettes chimique est souvent payante, même sur les aires où l’eau est gratuite.
– Vidanger les eaux usées : assez compliqué également en Suède et en Finlande. Il n’y a pas d’aires (ou bien il ne s’en est pas présenté sur notre route), et si en Suède on trouve des zones de lavage a haute pression un peu partout, c’est inexistant en Finlande car ils n’utilisent que des rouleaux chauffés dans des bâtiments, limités a 2m70 et payants. Utilisez les bouches d’égouts, les campings … et pensez a utiliser des produits biodégradables, au cas où …. En Norvège, il y a beaucoup d’aires, ce n’est pas un problème.
– Jeter ses poubelles : Vous trouverez des bennes et des bacs de tri sélectif un peu partout. C’est le moment de commencer a trier vos déchets si vous ne le faisiez pas avant ! A noter qu’en Finlande, en Suède et en Norvège, les bouteilles, canettes etc. sont consignées : vous paierez une consigne a la caisse que vous récupererez en les ramenant dans les bacs de dépôts automatisés a l’entrée des magasins. Il est autorisé de brûler les déchets qui peuvent l’être dans les zones de barbecue, et on trouve parfois aussi des bacs a compost, notamment à proximité des aires de picnic et de camping sauvage. Il est également autorisé de jeter les déchets compostables dans les toilettes sèches. Si en Finlande de nombreux parkings ne possèdent pas de poubelles (la politique locale étant que si on l’a amené on doit le remmener), en Norvège par contre presque tous les parkings ont des poubelles sous la forme de gros cubes jaune en métal.
– Trouver du gaz : Nous avons une installation GPL.
En Suède il y a des stations principalement dans le sud, vers le nord (où l’on en a le plus besoin …) les stations sont rares, la dernière étant à Piteå, il faut être économe … Nous avons rechargé à Jonköping et à Piteå. le GPL s’apelle motorgas et est vendu environ 1€/L, c’est du pur propane. Vous ne pourrez pas recharger une bouteille de propane française ni l’échanger. L’adaptateur GPL est le même qu’en France. Vous pouvez telecharger les POIs pour votre GPS par avance.
En Finlande, pas de GPL. Nous avons donc du acheter une bouteille de propane, vendue dans les magasins de bricolage, la notre est gris clair. Vous devrez payer une consigne que vous pourrez récupérer en rapportant la bouteille au magasin où vous l’avez acheté. La consigne coûte environ 50€, le gaz environ 25€/11kgs. Il vous faudra un adaptateur, pensez à vous munir de celui-ci avant de partir ! Nous l’avons acheté ici en kit multi-adaptateurs et il convient effectivement aux bouteilles.
En Norvège, pas de problème d’approvisionnement en GPL et il même possible de remplir des bouteilles de propane françaises dans certaines stations. Le GPL est moins cher en Norvège qu’en Suède (environ 0.85€/L). Vous pouvez télécharger les POI pour votre GPS par avance.
– Faire ses courses : Aucune difficulté. En suède comme en Finlande, vous trouverez des produits similaires aux produits français, pour un prix équivalent. Vous trouverez facilement des magasins Lidl par exemple où vous pourrez dénicher du (bon) pain comme chez nous ! Sinon, les hypermarchés sont plutôt des S-Market ou des Prisma. Les Prisma sont généralement de très gros hypermarchés. En Finlande vous pouvez aussi ramasser les champignons et les baies, c’est autorisé! A noter que vous ne trouverez que difficilement et pour un tarif prohibitif de l’eau plate en bouteille, l’eau du robinet est parfaitement potable.En Suède nous avons aussi bien aimé les magasins ICA qui proposent beaucoup de produits bio ou commerce équitable, et our le même prix que le non-bio.
En Norvège, nous vous conseillons les magasins Rema1000 ou Kiwi. Les articles que vous trouverez dans les Kiwi peuvent être assez hétéroclites, on en a vu qui étaient juste des magasins d’alimentation, là où d’autres ressemblaient à des magasins Ikea! A noter que l’alimentaire coûte vraiment très cher en Norvège, dans un hard discount comme les Rema1000, ce sera plus cher que les magasins les plus chers de grande marque en France. Il faut faire très attention aux prix pour tout, certains produits sont à des prix vraiment astronomique. Les légumes, notamment, ainsi que les fromages par exemple. Privilégiez les produits locaux, les produits importés sont les plus chers.
– Se connecter à internet : Nous utilisons un forfait Free qui nous permet de nous connecter sans surcoût dans tous les pays d’Europe ainsi qu’en Norvège (25go data/mois pour 19.90€). Néanmoins, si votre forfait n’est pas adapté à ces pays (renseignez-vous soigneusement …) et si en Norvège c’est inabordable, vous pouvez obtenir des data sim card a des tarifs intéressants en Suède (Telia) et encore plus en Finlande (Elysa) si vous n’avez pas changé de prestataire avant de partir. N’hésitez pas à regarder ce site en anglais qui offre un tour d’horizon des options possibles. Nous avons trouvé du Wifi a différents endroits : en Finlande sur les ports de Kemi et Turkuu, et sur les parkings des fastfood Hesburgers. En principe toutes les villes ont un hotspot wifi, il faut juste le trouver. En Suède au Macdo d’Umeå cela fonctionnait correctement.
– La carte routière : nous avions une carte pour la Finlande et la Norvège, mais trop peu détaillées. Nous avons opté pour une cartographie numérique via Mymaps en supplément de notre GPS.

_DSC8383web    _DSC8540web    DSC_9319web

Coût de la vie
Les pays nordiques ont mauvaise réputation quant au prix des biens et services.
L’alimentaire est à peu de chose près au même prix qu’en France en Suède et en Finlande sauf pour des produits d’importation (notamment les fromages). Par contre en Norvège, le budget explose si l’on y prend pas garde (voir le paragraphe « faire ses courses » ci-dessus). Si vous pouvez, emmenez des réserves que vous garderez pour la Norvège, et faites les en Allemagne si vous y passez …
Contre toute attente, le carburant est moins cher en Norvège qu’en Suède par exemple. Voici les prix indicatifs, au printemps 2017 – j’ai indiqué des correspondances en €, mais ca n’est valable qu’a l’instant précis du paiement : je vous conseille de vérifier les cours en temps réel sur le site Xe Currency.
Vous lirez parfois qu’il ne faut pas prendre de carburant à Tromsø car il y est plus cher qu’ailleurs à cause de taxes additionnelles. C’est pourtant là que nous l’avons vu le moins cher. On nous a aussi rapporté des prix bas à Narvik.

Gaz :

  • Suède : LPG 9.80SEK/L (soit 1€/L)
  • Finlande : Propane 25€/11kgs
  • Norvège : LPG 8.50NOK/L (soit 0.90€/L)

Gasoil :

  • Suède : 13.80 à 14.10SEK/L (soit 1.40 à 1.46€)
  • Finlande : 1.18 à 1.30€/L
  • Norvège : 11.25 à 15.20 NOK/L (soit 1.20 à 1.60€)

Bon à savoir : si vous êtes amateurs de sports outdoors et que vous envisagez d’acheter du matériel : achetez en Finlande !! L’outdoor est un mode de vie pour tous les Finlandais. A titre d’exemple, un velo de type Fatbike, est vendu 500€+ et avec des finitions très vilaines et mal équipé (derailleur 7 vitesses) en France, en Finlande c’est 400€ pour un vélo avec de très belles finitions et un dérailleur 21 vitesses ! De la même manière, une planche de SUP se vend 700€+ en France, contre moins de 400€ ici.
Le matériel outdoor se trouve aussi bien dans les magasins de sport du genre Intersport que dans les magasins bricolage-auto-maison-jardin du type Biltema ou les grands hypermarchés du type Prisma.

A prévoir : Si vous voyagez avec un véhicule : faites la mécanique avant de partir …. En Suède et en Finlande, les pièces sont sensiblement au même prix qu’en France, vous pourrez d’ailleurs aller acheter vos pièces si besoin dans les magasins Mekonomen, il y a aussi des boutiques AD. Par contre, la main d’oeuvre est TRES chère. Nous avons du faire appel a un garage en Finlande, il faut compter entre 75 et 100€/h – et ce sont les prix normaux !! Il y a pléthores de garages, mais très peu sont équipés pour les gros véhicules.

CONCLUSION :

Ce qu’on a aimé (ou pas) en Finlande : On a adoré la Finlande !
– On a aimé : le droit d’accès à la nature, le grand nombre de site de parcs nationaux et de randonnées et la facilité à trouver les itinéraires et cartes gratuitement, la gratuité partout, le  coût de la vie raisonnable, la gentillesse et la discrétion des Finlandais, les Finlandais sur la route, très respectueux ; la douceur de vivre et la tranquillité.
– Ce qu’on a pas aimé :
L’absence de GPL (mais on trouve facilement du Propane et nous avions les bons adaptateurs), le prix des services en cas de besoin (mécanique à 75/100€ de l’heure ; veterinaire a 125€/visite).

Ce qu’on a aimé (ou pas) en Suède : On a vraiment beaucoup aimé la Suède.
– On a aimé : le droit d’accès à la nature, le grand nombre de site de parcs nationaux et de randonnées et la facilité à trouver les itinéraires et cartes gratuitement, la gratuité partout, le coût de l’alimentaire raisonnable, la gentillesse des Suédois (même s’ils sont gentiment curieux), l’atmosphère ….
– On a pas aimé : Le prix du carburant (plutôt cher, environ 1.40€/L), la difficulté à trouver du GPL dans le nord du pays et son prix (1€/L environ)

Ce qu’on a aimé (ou pas) en Norvège : On est franchement très partagés …
– On a aimé : le droit d’accès à la nature et les parkings du nord du pays (Mageroya, Hammerfest, Lofoten, Vesteralen, Senya), les paysages et les routes sublimes (même sur les grands axes) et les petites découvertes sur les routes (cascades, baignades naturelles, points de vues), le prix du carburant raisonnable (1.30€/L en moyenne), la tolérance des Norvégiens par rapport au tourisme.
– On a pas aimé : Le coût de l’alimentaire, prohibitif, pour des produits souvent de qualité médiocre, les péages impossibles à éviter (villes, tunnels) et les parkings payants. Mais surtout, ce qu’on a pas aimé, c’est le tourisme de masse qui sévit ici et son exploitation outrancière : toutes les belles routes sont jalonnées de campings, à raison parfois d’un tous les 1 ou 2 kms, créant des fourmilières de caravanes et de camping-cars qui dénaturent les plus beaux paysages et colonisant tous les plus beaux points de vue de fait interdisant l’accès a celui qui ne fait que passer ; l’accès à de nombreux grands sites naturels est payant (droits d’accès, de parkings, péages routiers) et de nombreuses activités diverses émaillent les lieux en question, gâchant le paysage par l’exploitation. Voyager à petit budget en Norvège est possible. Néanmoins, cela oblige a pas mal de planification. Il est également difficile de trouver un bivouac au calme …