L'important n'est pas la destination mais le voyage.
LNDLS - Les News de la Semaine

LNDLS #36 : C’est reparti !

Après plusieurs semaines passées à rendre visite à la famille et aux amis, à faire de la moto, de la SUP et à se baigner en France et en Suisse ; nous sommes enfin repartis !

Néanmoins, nous avons du faire quelques détours – et nous nous sommes fait quelques frayeurs par la même occasion.

Lundi nous nous sommes réveillés dans le joli parc métropolitain de Lyon, sous le soleil, en attendant le rendez-vous avec l’ostéopathe des chiens, le mardi. Nous avons profité de la journée pour faire quelques courses, se promener, jouer au frisbee et au badminton – une journée sympa, en fait.

Mardi, toujours sous le soleil, direction l’ostéopathe. Pour Fast, que des bonnes nouvelles. Nous pensions repartir après le rendez-vous, mais il a fallu sédater Ria qui avait un très gros blocage cervical, impossible à résoudre en l’état. Elle a pu se réveiller tranquillement dans le camping-car grâce à la gentillesse et à la prévenance de notre excellent vétérinaire. Nous avons du coup décider de rester une nuit de plus sur place pour s’assurer qu’elle allait bien, et être à proximité au cas où un problème se présenterait post-sédation. Tout s’est finalement bien passé, et à 18h, elle nous a réclamé bruyamment à manger. Désolée ma belle, il faudra attendre 21h !

Mercredi, direction la pharmacie pour aller chercher son traitement – chic, les produits sont en stock ! On arrivera même à trouver facilement une place de stationnement ! Nous irons faire un plein de GPL, et racheter un câble pour l’ordinateur à Dorian, par la même occasion. Puis direction Grenoble, pour aller récupérer notre courrier chez Courrier du Voyageur. Un détour indispensable pour récupérer notre nouvelle carte bancaire, suite à notre changement de banque : nous avons quitté la Banque Populaire, particulièrement problématique et chère, pour ouvrir un compte – dont nous sommes ravis – chez Boursorama. D’ailleurs si vous étiez tentés de changer aussi – nous on regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt – nous pouvons vous parrainer et vous y gagnerez des sous :-p
La journée avait bien commencé, mais cela s’est vite dégradé…. à commencer par un flash, radar à 80kms/h, flashés autour de 82. Shit.

Et puis, le drame.

Dans une longue côte entre Grenoble et la Mure, arrêtés par des feux travaux, le camping-car indique soudain une augmentation de la température d’eau, et d’un coup, de la fumée blanche sort de sous le capot. Arrêt en catastrophe, vérification du liquide de refroidissement. Rien à signaler. Bizarre. Ca fume et ca sent le cochon grillé.
Impossible de rester là où nous sommes, nous décidons de filer sur le parking du Courrier du Voyageur, qui n’est qu’à quelques kilomètres. Une fois sur le parking, Do se penche sous le capot pendant que je vais récupérer le courrier. Lorsque je reviens, Doest sous le camping-car, et se met à crier qu’il y a le feu au moteur !!!! Panique à bord !!! Éjection des chiens manu militari du véhicule, attrapage à la volée de l’extincteur (quelle bonne idée que de l’avoir déplacé à coté de la porte du camping-car !!), et « arrosage » du coupable, l’isolant situé sous le moteur, qui a du se décrocher et a touché le turbo, y mettant le feu.
Heureusement, l’isolant est ignifugé, il se consume sans brûler, mais le problème est que cela risque de faire fondre les plastiques, les câbles électriques et de se propager jusqu’au réservoir ! Dorian éjecte tant bien que mal les morceaux d’isolants incandescent – en se brûlant les doigts au passage – et continue à « arroser » le moteur, lequel se trouve recouvert d’une épaisse couche de poudre blanche.
D’un coup, l’extincteur se bloque – sauf que cela brûle encore !!!
Je me précipite dans les bureaux du Courrier du Voyageur, réclamant un extincteur – et saluons leur sang froid et leur réactivité, l’employé le plus proche de la porte s’est littéralement jeté sur l’extincteur le plus proche avant de partir en courant sur le parking tout en dégoupillant la bête.
Copieusement arrosé, l’incendie s’éteint. Tout le personnel de l’entreprise, inquiet, est venu à la rescousse, nous a proposé de l’aide, de rester après la fermeture en attendant notre dépanneur etc. Je crois qu’ils ne sont pas prêts de nous oublier !!!


Saluons également la réactivité de la MACIF qui a pris notre dossier en charge pour nous aider au mieux, le dépanneur du Garage Renault de Mens, dans l’Isère, qui nous a appelé pour essayer de comprendre ce qui s’était passé, puis est venu constater les dégâts, nous conseiller et vérifier le fonctionnement du véhicule avant de nous proposer de venir nettoyer le moteur chez lui, et nous offrir de garer le camping-car sur un parking lui appartenant pour la nuit. Le tout, gratuitement ! Voilà qui nous a permis de nous remettre tranquillement de nos émotions.

Jeudi, après une nuit calme et après avoir récupéré un peu, nous avons commencé par aller chercher tout ce qui nous manquait, nos nouvelles cartes sur nos Comptes Nickel, un nouvel extincteur et des silent-blocs d’échappement, du carburant, et après un petit détour par la casse départementale de l’Isère, où nous avons pu trouver un cric d’occasion pour le camping-car à 15€ (!) ; nous avons enfin pu filer en direction de la Suisse via Chamonix. Nous dormirons avec vue sur le Mont Blanc, dommage, il pleut et le ciel est couvert.

Vendredi, direction la Suisse ! Avant cela, nous profiterons de la laverie d’Argentière-Mont-Blanc, histoire d’être tranquille avec notre linge pour un petit moment. Le ciel en profitera pour se dégager et nous verrons enfin le Mont Blanc et son glacier !
Nous entrons en Valais via Vallorcine, direction Martigny et le col de la Croix de Coeur au dessus de Verbier. Après une longue montée en lacets, le parking que nous visions est inaccessible car la « route » est bloquée par des clôtures électriques derrière lesquelles une soixantaine de bestiaux munis chacun d’une cloche tintinnabulante nous observe. Nous nous rabattons sur le parking du petit altiport, après avoir demandé l’autorisation au propriétaire du terrain. Le spot permet d’observer les lumières du soir qui déclinent sur les montagnes, aussi bien d’un coté que de l’autre. Le Combin est caché dans les nuages, peut-être demain ? La soirée est fraîche, les températures chutent et se rapprochent dangereusement près du zéro !

Samedi matin, le soleil se lève sur un ciel uniformément bleu – je n’aurais pas ma mer de nuages ! Mais le Combin est là, resplendissant dans la lumière du soleil levant, sur fond de ciel immaculé. Il fait très frais, il a gelé… Le soleil monte lentement et baigne de belles lumières les montagnes. Il n’y a pas un bruit, c’est superbe.


Direction ensuite le lac de barrage de Tseuzier, joli lac enclavé dans la montagne. C’est samedi et il y a pas mal de monde, mais le lieu est spectaculaire malgré tout. Do ira faire le tour du lac, une jolie randonnée de 5kms dans le cirque et à flanc de falaise.

Dimanche matin, nous retournons faire le tour du lac pour en profiter dans le calme matinal, nous descendrons au pied de la cascade et monteront au point de vue. La vue sur le lac et les montagnes est magnifique.

 


Nous repartirons ensuite direction le lac de barrage de Naters, situé au fond d’une gorge. La route est étroite et très abîmée, mais la récompense est au rendez-vous, le lieu est spectaculaire. On aperçoit au loin le glacier de l’Aletsch, le plus grand glacier d’Europe.

____________________________________________________________________________________________

 

Article written by:

Full timer depuis le 1er septembre 2016. Aime voyager, se balader avec les chiens, les sports canins, le tricot et le crochet, cuisiner.