L'important n'est pas la destination mais le voyage.
Reflexions & Philosophie

Joyeux Anniversaire ! 2 ans sur les routes.

Nous sommes le 1er septembre, il est donc l’heure de dire :

JOYEUX ANNIVERSAIRE !

Le 1 er septembre 2016, nous avons quitté notre logement, rendu les armes face à l’oppression financière des factures à payer toujours plus nombreuses, au stress du quotidien où tu travailles juste pour payer les factures d’un logement que tu n’as que parce que tu travailles.

En fait, c’est toujours étrange d’écrire un article qui fasse le bilan d’une année. Déjà, parce qu’une année, c’est long, il se passe tellement de petites choses qui changent pourtant énormément le cours de la vie. Et aussi et surtout, parce que écrire sur le sujet, c’est aussi un peu comme si les gens qui ont un mode de vie conventionnel faisait un récapitulatif de leur vie quotidienne. Parce qu’après tout, ce que nous vivons, ce n’est ni plus ni moins qu’une vie quotidienne, différente.

Il y a un an, je parlais de ce que la route et la vie nomade nous avait apporté, en rencontres, en nouveaux horizons et en réflexions.

Ces derniers 365 jours ont été émaillés de diverses difficultés :
– Des difficultés avec le véhicule, dont les pièces, pourtant changées semblent tomber en morceaux dès que l’on reprend la route, générant des frais sans fin ; un plancher pourri qu’il a fallu refaire en intégralité ; un contrôle technique de plus en plus contraignant et un contrôleur véreux ;
– des problèmes de santé pour Do à cause de son ancienne hépatite, la médecine qui ne sait pas quoi penser et semble démunie, nous laissant trouver des solutions seuls ;
– des soucis pour les chiens, assez importants, qui ont généré une situation de crise à plusieurs reprises.
– une expérience de voyage au Maroc éprouvante ;
– et des surprises pas forcement bonnes, même si elles se sont solutionnées dans la bonne direction.

En bref, non, comme je l’avais déjà dit, la vie nomade, ce ne sont pas des vacances 365 jours par an. Nous subissons des contingences comme tout le monde, simplement, il peut être parfois plus difficile de gérer quand on doit faire de la mécanique dehors dans la neige à -10°, quand il faut trouver un vétérinaire inconnu et lui faire confiance (ce dont je suis incapable, j’aurais toujours un doute) ou trouver des solutions dans des pays dont on parle pas la langue.

Encore de temps à autre, nous ressentons parfois un manque : d’espace, de confort, de praticité. On aimerait avoir plus de place pour cuisiner, un four ; de la place pour que les chiens puissent courir librement dehors quand ils en ont envie ; la possibilité d’avoir sous la main ce que l’on ne peut pas emmener avec nous – l’atelier, nos voitures, la moto. Avoir un médecin, un vétérinaire fiables sous la main en toutes circonstances.

Parfois, on en a assez des jugements de valeur, des grimaces et des moues quand on explique que l’on vit dans notre camping-car. Comme si c’était un crime, une offense que d’avoir fait un autre choix de vie. On se sent le plus souvent en marge, en décalage. Souvent, on a finalement l’impression que ce mode de vie fait partie de la sphère privée, et qu’il devrait y rester, que parler de ce que l’on a vu ou expérimenté ennuie les gens. C’est difficile à appréhender pour nous qui aimons partager cette aventure, mais l’on se rend compte que cela n’intéresse que peu de gens.

Néanmoins, nous avons rencontré cette années des personnes, peu, mais des gens qui cela intéressait vraiment. Peut-être parce qu’ils sont déjà nomades, ou aspirent vraiment à le devenir. Et puis, nous avons noué des relations, peu, là encore, mais qui deviendront probablement solides. Des gens que nous n’aurions jamais rencontrés sans vivre cette vie.

Finalement, malgré les péripéties, cette année a été assez calme. Nous avons passé 4 mois « chez nous », puis l’hiver en Espagne, l’été en Ecosse, en Irlande et au bord des lacs français, la canicule nous ayant découragé de tenter tout autre chose que de faire de la SUP et de se baigner, entre deux balades en moto.

Et nous revoilà partis, à l’assaut de nouvelles destinations ! Ce 1er septembre, nous sommes de nouveau sur la route, prêts à aller découvrir l’Europe de l’est ! Direction l’Autriche, la République Tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie, la Grèce cet hiver, puis retour par les Balkans au printemps.

Et de nouveaux projets se dessinent… mais chut… ce n’est pas encore l’heure de les dévoiler 😉 !

Article written by:

Full timer depuis le 1er septembre 2016. Aime voyager, se balader avec les chiens, les sports canins, le tricot et le crochet, cuisiner.