L'important n'est pas la destination mais le voyage.
LNDLS - Les News de la Semaine

LNDLS #25 : Connemara Loop, Sky Road…

Ce lundi matin, après avoir profité de la proximité des commerces « abordables », fait le plein et un petit détour par le cabinet vétérinaire local (à recommander, d’ailleurs, en cas de besoin !) ; nous avons repris la route via la Wild Atlantic Way, en direction de Louisburgh. Nous avions arrêté notre choix de bivouac sur la plage de Old Head – enfin, la jetée, puisque le parking de la plage était, quant à lui, limité en hauteur, mais la vue était en fait largement plus sympa – nous avions un peu l’impression d’être en pleine mer sur un bateau ! Et cerise sur le gâteau, il y avait aussi un robinet d’eau ET des poubelles ! Qui aurait cru qu’on puisse trouver le bonheur dans le fait de trouver des poubelles ! Nous avions prévu d’y retrouver Pauline (que vous pouvez suivre sur son instagram ou via son blog), qui fait le tour de l’Irlande à pieds, à raison de 20 kilomètres par jour (Partie à la Saint Patrick, le 17 mars, elle a déjà effectué un tiers du périple) chargée de son gros sac à dos et munie de ses chaussures de randonnée. Partie elle aussi de Westport, nous y sommes arrivés bien avant elle, évidemment ! Nous avons passé une excellente soirée autour d’un dîner, à échanger sur nos différentes expériences de voyage, un régal, avant qu’elle ne rejoigne son hébergement du jour pour un repos bien mérité.

Après une nuit calme bercés par le bruit de la mer, l’arrière du camping-car étant presque au dessus de l’eau, nous nous éveillons sous les nuages, bientôt suivis d’une véritable tempête (encore). Nous traversons la vallée du Doolough, absolument magnifique, sauvage et avec de jolies petites routes, et ce même sous la pluie et dans le brouillard ; avant d’aller admirer – rapidement et sous un déluge – la cascade d’Asleagh.

Nous continuerons sur la Wild Atlantic Way avant de rejoindre la Connemara Loop, puis la Sky Road, et arriverons toujours sous une pluie battante et des rafales de vent, sur un petit parking posé sur une plage, face à l’île d’Innishbruck. Une jolie plage de sable blanc se dessine au gré des vagues et de la marée descendante, l’endroit offre une très belle vue – et elle se mérite, la route d’accès étant fort étroite, pentue et par endroit, difficilement praticable à cause de la végétation. Ceux qui tiennent à leur carrosserie devront s’abstenir !

Après une nuit tranquille – et un réveil brutal, les Allemands qui ont dormi dans leur van à coté de nous n’ayant rien trouvé de mieux que de laisser leur chien aboyer sans discontinuer juste derrière le camping-car… – nous retrouvons notre jolie plage sous un soleil radieux. Ah, ca fait du bien ! Le paysage est fort joli, le sable blanc et l’eau turquoise. Si le vent n’était pas assez frais, ce serait presque tentant…


Il faudra ensuite remonter la petite route, direction Galway par le sud de la Connerama Loop, entre lacs et montagnes. Nous passerons rapidement Galway, puis irons passer la nuit sur une zone herbeuse au bord de la baie de Galway, une zone de galets et de pierres, mais très tranquille et calme. Nous profiterons d’un joli coucher de soleil sur la baie.

Jeudi, direction le Burren National Park : le paysage est étonnant, fait de longues crevasses creusées dans une roche calcaire ultra-friable. Une zone qui semble désolée, un peu incongrue juste au dessus de prairies verdoyantes.

Nous en profiterons pour aller voir le Dolmen de Poulnabrone, un des plus grands dolmens d’Irlande – un peu décevant car très entouré d’infrastructures touristiques et inapprochable car entouré de cordons. Néanmoins, c’est gratuit, et c’est loin d’être le cas partout !


Nous rallions ensuite le site des Cliffs of Moher. Horreur ! Le lieu est inapprochable, bardé de parkings à barrières, de guérites à tickets et rempli à ras-bord de touristes. Comme le bain de foule n’est pas vraiment notre tasse de thé et qu’en plus, payer pour voir les falaises du haut sachant que tout est protégé par des murs ne nous tente pas du tout, nous essayons de trouver un accès pour les voir d’en bas. Peine perdue. Nous laisserons tomber rapidement – après tout, les falaises ça n’est pas ce qui manque, et celles du Donegal sont aussi jolies et bien plus tranquilles. D’ailleurs, les plus hautes falaises d’Irlande ne sont pas la Cliffs of Moher, mais celles de la Slieve League, dans le Donegal, justement. La zone étant ultra-touristique, ponctuée de stations balnéaires, parkings limités, interdits ou payants et de campings, nous échouons sur le parking d’un petit port, un spot pas bien fabuleux, mais qui a le mérite d’exister.

Vendredi, nous faisons les quelques kilomètres qui nous séparent de Loop Head et son phare, le spot semblait prometteur ! Au soir, après le départ des visiteurs, nous profitons des lieux où nous sommes presque seuls. La lumière qui décline progressivement commence à nous offrir de superbes teintes dorées et roses dans un ciel où de légers nuages effilochés donnent un étonnant relief à cette lumière. Au bout de la péninsule, un morceau de falaise décroché de la falaise principale abrite une colonie de guillemots et de nombreuses mouettes. Nous faisons le tour de la péninsule, et coté sud-est, la vue sur les montagnes du Kerry pris dans un voile bleuté, avec le Shannon qui vient rencontrer l’océan Atlantique au pieds de falaises étrangement érodée nous offre un paysage un peu surréaliste. Soudain, un cri un peu étrange retenti.. surprise ! A nos pieds, nous observent trois phoques, qui roulent dans les vagues, hésitants à venir s’installer sur la roche découverte. Nous passerons un moment à les observer au gré de leurs apparitions. Alors que nous retournons admirer le coucher de soleil coté ouest, nous entendons à nouveau ces cris, ils sont au pied de la falaise, mais à cet endroit elle est à pic, impossible de les voir. Nous profiterons de superbes lumières jusqu’à plus de 23h. Le lieu appelle à la contemplation, et dégage une force tranquille particulièrement reposante.

  

Samedi matin, nous filons tout droit vers Limerick, objectif ravitaillement et lessive – il fait un temps sublime et les Irlandais que nous croisons tiennent à nous dire combien ils sont heureux qu’il fasse beau pendant que nous sommes dans leur pays ; ils ont le sourire vissé au lèvres et l’amitié facile, rien n’a changé en vingt-cinq ans à ce niveau-là ! Ici, personne n’a de problème avec les camping-cars – c’est rafraîchissant ! Nous ferons une petite balade version road-trip dans la ville pour admirer les monuments et la façades colorées typiquement Irlandaise, avant de nous diriger vers le sud, direction le site du Grange Stone Circle. Ce site est le plus ancien d’Irlande, et aurait été érigé au cours de l’âge de bronze, aux alentours de 2000 avant JC. Le lieu est calme, et étonnant. Représentant un cercle parfait, alternance de grandes et de petites pierres, on ressent la force des ondes telluriques lorsque l’on passe en son centre, c’est assez incroyable. Le lieu, là encore, dégage une sensation de force et de puissance. On ne peut que s’interroger sur l’utilité des lieux, et comment ce type de cercle a pu être construit au vu de la taille impressionnante de certaines pierres.

Nous passerons une nuit calme au bord de la Shannon, juste troublée par des bruits de musique au loin – même les avions qui décollent et atterrissent juste de l’autre coté de la rivière ne nous empêcheront pas de dormir.

Dimanche matin, le temps est toujours aussi magnifique, ciel bleu immaculé et 20° à 8h du matin, il va faire chaud ! Nous profitons de la proximité de la seule aire de service pour Camping-Cars que nous ayons trouvé pour l’instant pour nous ravitailler en eau, elle est gratuite. Une vraie rareté ici !
Nous allons ensuite visiter le château de Carrigafoyle, étonnant de par ce qui a été conservé et remis en état. Situé à l’entrée d’une petite île, il est possible de monter tout en haut via un escalier en colimaçon, et d’admirer la vue à presque 360° !


Direction ensuite la péninsule de Dingle, nous nous arrêterons sur une petite presqu’île, face à la mer, sur une esplanade d’herbe et de sable mêlés. Nous commencerons par sortir une voiture, posée sur une butte et une roue plantée, pendant qu’un 4×4 sort une autre voiture aussi enlisée ; et après les remerciements d’usage, nous irons nous stationner tout au fond, en attendant que la plage se vide de ses visiteurs.

 

Article written by:

Full timer depuis le 1er septembre 2016. Aime voyager, se balader avec les chiens, les sports canins, le tricot et le crochet, cuisiner.