L'important n'est pas la destination mais le voyage.
LNDLS - Les News de la Semaine

LNDLS #23 : Midges, et départ pour l’Irlande !

Après notre départ précipité de notre joli bivouac au bord du Loch Arkaig, nous nous réveillons fatigués et… boursouflés. Les Midges sont redoutables ! Et comme elles s’infiltrent partout, même lorsqu’il n’y en a plus, il y en encore ! Nous en tuerons encore plusieurs dizaines voire centaines, à un moment, on cesse de compter…

Nous continuons notre route vers le sud, en transitant par la jolie Fort William, puis par le sublime GlenCoe, où, encore cette fois, nous essuyons une pluie diluvienne – pas de chance encore, je crois que je n’arriverais jamais à y faire une photo décente. Le GlenCoe, site emblématique de l’Ecosse, est de plus pris d’assaut par de nombreux visiteurs armés de perches à selfies, et il est assez difficile de trouver un spot pour s’arrêter et profiter du paysage.

Une fois sortis du GlenCoe, direction le Loch Lomond, où nous avions prévu de passer la nuit de lundi à mardi. Une fois sur place, retour des midges ! Noooooon ! Nous prenons la fuite avant d’être envahis, et trouvons refuge sur un petit parking d’où un chemin de randonnée avec vue panoramique sur le Loch Lomond. Malheureusement, là aussi il y a des midges, beaucoup moins, mais elles sont présentes quand même, et nous sommes à l’abri du vent. Nous passerons encore une partie de la nuit à lutter contre ces petits insectes et nous ferons encore dévorer. Les démangeaisons deviennent difficilement supportables, nous dormirons par intermittence, armés de pains de glace, d’eau froide et de serviettes humides, de gel d’aloe vera. Impossible de se débarrasser des dizaines de ces vilaines bestioles rentrées en masse dans le camping-car. Nous dormirons habillés, une lumière allumée le plus loin possible du lit, dans l’espoir de les attirer loin de nous.

Mardi, nous traverserons Glasgow, puis de jolies paysages bucoliques via la toute côtière, afin de rejoindre le bord de mer et le port de Girvan, le temps d’attendre notre ferry de jeudi matin. En bord de mer, pas de midges, un peu de vent : ouf ! Les démangeaisons sont devenues intolérables, nous profitons d’être garés presque sur la plage pour aller soulager notre peau dans la mer d’Irlande qui est glacée – on ne sent plus nos pieds, mais l’avantage, c’est que cela ne gratte plus ! Les chiens profiteront avec joie d’une grand étendue de sable et de mer pour eux – presque – tous seuls ! Et pour la peine, direction le fish ‘n chips local en guise de dîner ! Et quand vous achetez un fish ‘n Chips ici, vous en avez pour votre argent ! D’ailleurs, les mouettes qui tourbillonnent autour des imprudents tentant de déguster le leur sur la jetée en disent long.

Nous passerons le mercredi sur place puisque nous ne sommes qu’à quarante minutes de Cairnyan, où nous prendrons le ferry jeudi à 4h du matin. Une journée tranquille au soleil entre mer, plage et soleil, qui nous gratifiera d’un coucher de soleil avec de jolies couleurs sur fond d’îles d’Arran et du Rocher d’Elizabeth.

Nous décollons à 2h15 direction le ferry, et admirons une étonnante lumière bleue claire au nord – un petiot reste de soleil de minuit sous d’autres latitudes. Arrivés au port, tout est calme – le personnel n’est pas encore en place. Un contrôle des tickets puis un rapide examen du véhicule par les douanes, et nous voilà prêts à embarquer. L’embarquement se fait sans encombre, et nous rejoignons les salons du bateau pour les 2h de traversée. Le soleil se lève, la lumière est superbe, la mer d’huile. Pendant que Do regardera le film diffusé en sourdine pour les passagers, je finirais ma nuit sur le banquettes, comme la moitié des autres passagers.

A 6h après un débarquement express, nous voilà enfin en Irlande (du Nord). Nous commencerons par la case « laverie », puisque nous en trouvons une sur une station service à la sortie du port et que nous n’en avions pas trouvé en Ecosse. Puis, nous prenons la route côtière vers le nord, et nous arrêterons sur le parking d’une marina pour finir notre nuit. Ayant prévu de nous rendre à la Chaussée des Géants en soirée pour éviter le parking payant, cela tombe à pic.

En route, nous ferons étape sur le site du pont de corde de Carrick à Rede, qui normalement coûte (quand même) 11£ par personne. Le site étant fermé du fait de l’heure, l’accès au pont est fermé par une grosse porte à barreaux, mais nous pouvons admirer le joli paysage et voir le pont depuis la falaise.

Direction ensuite la Chaussée des Géants. Accéder à la chaussée est bien sur toujours gratuit, mais une vraie confusion est entretenue (volontairement) sur le site afin de vous diriger vers les infrastructures (payantes, affreusement chères !). Le parking est en principe aussi payant, mais si vous arrivez après la fermeture des infrastructures, il n’y a plus personne pour vous réclamer un paiement. Après avoir chercher la bonne direction pendant 10 bonnes minutes, nous trouvons le petit souterrain qui emmène sur la route vers la Chaussée, située à environ vingt minutes de marche. Il y a bien sur un peu de visiteurs, mais c’est très supportable. Le site est vraiment joli, mais je suis un peu déçue, c’est moins impressionnant que ce que j’avais imaginé. Nous assisterons tout de même à un joli coucher de soleil.


De retour au parking, nous décidons de ne pas y passer la nuit pour ne pas avoir à se lever à l’aube (ou presque), et irons passer la nuit sur un parking a Bushmills.

Vendredi, direction la République d’Irlande cette fois !

La frontière est à peine marquée, mais on devine à la présence des agents de change pour la monnaie, et aux panneaux passés en métrique, que nous sommes revenus dans la zone euro, et donc, en Irlande. Nous suivons toujours la jolie route côtière, et trouverons un joli bivouac sur la parking d’une jolie petite plage – avec toilettes et eau potable, s’il vous plait !

Samedi nous ferons les quelques quarante kms qui nous séparent de Malin Head, le point le plus au nord de l’île d’Irlande, et passerons la nuit sur un joli promontoire, le site de Malin Head étant quelque peu pris d’assaut. Nous aurons de nouveau un coucher de soleil lumineux entre les nuages sur fond de mer déchaînée.

Dimanche, nous avancerons encore le long de la Wild Atlantic Way, la route côtière qui long toute la cote ouest de la l’île, entre baies, plages, rochers, falaises et collines, et arrivons sur un joli parking, caché derrière un golf et une dune, juste au bord de la plage et de la baie de Dunfanaghy. Un superbe site aux eaux cristallines, qui nous gratifiera encore d’un superbe coucher de soleil !

La nuit sera calme, en compagnie de deux autres véhicules.

Article written by:

Full timer depuis le 1er septembre 2016. Aime voyager, se balader avec les chiens, les sports canins, le tricot et le crochet, cuisiner.